Que mange-t-on au Japon ?

nourriture japonaise

La nourriture japonaise, c’est bien plus que des sushis ! La cuisine japonaise est considérée comme l’une des plus saines au monde. Cela est principalement dû au fait que l’alimentation est généralement très pauvre en graisses. De nombreux plats sont composés de différentes sortes de légumes et d’ingrédients crus, ce qui permet de conserver la plupart des nutriments. En outre, les Japonais accordent beaucoup d’importance à l’utilisation de produits régionaux et saisonniers et, en tant que nation insulaire, ils ont tendance à manger beaucoup de poisson plutôt que de la viande, comme le menu de fleurdesushi.fr en atteste. Tout cela constitue une alimentation très saine et variée.

Aperçu des plats

  • Gyoza : viennent en fait de Chine et désignent des raviolis. Ils sont comparables aux Maultaschen de chez nous, ou aux pelmeni d’Europe de l’Est.
  • Kaiseki Ryori : une abondance de nombreux petits plats utilisant des produits saisonniers et locaux et généralement présentés de manière très décorative.
  • Himono : est une morue dont la conservation a été assurée par le séchage. Il s’agit le plus souvent de cabillaud, de colin, d’églefin ou de lingue.
  • Hōtō : est un plat régional et est originaire de Yamanashi. Il s’agit d’une soupe de nouilles servie dans un bouillon de miso, généralement avec beaucoup de légumes. Les Hōtō ou Houtou sont des nouilles udon épaisses et plates qui sont généralement ajoutées crues au bouillon et y sont cuites.
  • Karē Raisu : vient du terme « curry rice » et désigne la variante japonaise du curry. La sauce au curry est relativement épaisse et rappelle le curry indien. Elle est servie sur du riz avec différentes sortes de légumes.
  • Karē Raisu – curry japonais
  • Katsukarē : le curry japonais à la maison (végétalien)
  • Nabemono ou Nabe : désigne un ragoût japonais. Les ingrédients sont très différents. La plupart du temps, le ragoût contient de la viande ou du tofu, toutes sortes de légumes et des œufs. Parfois, il y a aussi des nouilles. Il existe de nombreuses créations régionales de nabe, toutes un peu différentes et contenant pour la plupart des spécialités régionales.Les Japonais pensent que la nourriture rapproche les gens. Le fait que l’on mange avec des baguettes dans une marmite commune a en fait quelque chose de vrai.
  • Nattō les nattō sont des haricots fermentés qui peuvent être mangés seuls ou avec du riz. Ce faisant, ils tirent des fils vraiment disgracieux et leur odeur est également un peu particulière. Soit on déteste cette spécialité japonaise originale, soit on l’adore. Je pense que je fais partie du premier groupe et que je peux très bien m’en passer.
  • Okonomiyaki : est une sorte de crêpe aux œufs qui se compose des ingrédients de base suivants : eau, chou, farine, œuf et dashi. Tout ce que l’on souhaite ajouter, comme par exemple du paprika, du fromage ou autre, est ajouté. La pâte est ensuite rainurée. Elle est servie avec une sauce spéciale okonomiyaki et des flocons de bonite.
  • Onigiri : des boulettes de riz autour desquelles on enroule une feuille de nori et on y ajoute une garniture. Elles existent avec toutes sortes de farces au poisson, mais aussi dans différentes variantes végétariennes.
  • Ramen : des nouilles aux œufs originaires de Chine. La soupe de nouilles qui en est faite est également appelée ramen.
  • Shabu-Shabu : une viande de bœuf coupée en tranches très fines et cuite dans un bouillon avec toutes sortes de légumes, champignons et tofu.
  • Soba : des nouilles de sarrasin servies soit chaudes comme soupe dans du bouillon de soja, soit froides, accompagnées de sauce soja. C’est particulièrement apprécié en été !
  • Sōmen : des vermicelles blancs très fins, fabriqués à partir de farine de sarrasin ou de blé et généralement servis en soupe.
  • Sukiyaki : généralement des tranches de bœuf très fines et des légumes qui cuisent ensemble dans de la sauce soja et du vin de riz. Les ingrédients sont battus avec un œuf juste avant d’être consommés.
  • Sushi & sashimi : tout le monde connaît désormais les sushis. Que ce soit sous forme de poisson cru ou de légumes ou d’omelette sur du riz, nous adorons les sushis. Le sashimi, en revanche, est moins connu. Ici, seul le poisson cru, parfaitement découpé, est servi et ensuite trempé dans la sauce soja. Là aussi, comme pour les sushis, on y ajoute du wasabi.
  • Tempura : le tempura désigne des légumes ou du poisson enrobés d’une pâte qui est frite. Une sauce spéciale est servie en accompagnement.
  • Teppanyaki : signifie en fait « grillé sur une plaque de fer » et désigne (le plus souvent) la viande grillée sur une plaque chaude (teppan) et découpée en morceaux de la taille d’une bouchée. La plupart du temps, cela se passe sous les yeux du client et constitue donc un événement en soi. Elle est accompagnée de diverses sauces.
  • Teriyaki : désigne le poisson frit dans la sauce soja.
  • Tonkatsu : désigne une escalope de porc panée. Elle est servie avec une sauce spéciale et est généralement tendre comme du beurre.
  • Udon : des nouilles de blé épaisses, souvent servies en soupe. Les restaurants de notre pays les proposent toutefois sous différentes variantes.
  • Umeboshi : sont des fruits d’ume marinés dans du sel avec des feuilles de shiso rouge. Ils sont souvent appelés prunes, mais en réalité, ils sont plutôt apparentés aux abricots. Ils sont souvent utilisés pour accompagner le riz dans un bentō ou dans un onigiri.
  • Yakitori : désigne des morceaux de poulet enfilés sur des brochettes en bambou, grillés sur un feu ouvert et enduits de sauce.
  • Omuraisu : le nom est dérivé du riz à omelette et signifie exactement cela. Du riz enveloppé dans une omelette et servi avec du ketchup. Entre-temps, il existe également toute une série d’autres variantes d’omuraisu. Que diriez-vous par exemple d’une sauce carbonara ou d’une sauce aux champignons ?

La cuisine japonaise

Au Japon, comme dans de nombreux autres pays asiatiques, le riz est l’aliment principal. Il est accompagné de beaucoup de légumes, mais aussi de poisson et de viande. Le tofu fait également partie des ingrédients fréquemment utilisés. La nourriture japonaise est généralement très pauvre en graisses – du moins si l’on fait abstraction des fritures – car beaucoup de choses sont mangées crues. Cela en fait l’une des cuisines les plus saines au monde. Les bentōs et les soupes de nouilles sont toutefois les aliments les plus fréquemment consommés. Un bentō est une boîte contenant du riz et de nombreux autres petits plats. Les deux sont également disponibles prêts à l’emploi au supermarché. Pour les soupes de nouilles, il s’agit généralement de la variante instantanée.

Comment choisir la sauce soja pour accompagner les sushis ?
A quoi servent les tranches de gingembre dans un plat de sushi ?